Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"

Publié le

Niché sur les premières pentes de la chaine des monts Rokko qui domine la ville tout en long, le sympathique quartier de Kitano et ses authentiques vieilles maisons de riches marchands occidentaux construites de la fin du XIXe au début du XXe siècle siècle, car Kôbé était, alors, l'un des plus importants ports du pays et l'un des premiers à s'ouvrir aux étrangers.Par conséquent, il y règne, pour les Japonais et autres touristes asiatiques, un irrésistible "parfum d'exotisme" qui, pour nous, se traduit justement par un manque de dépaysement et un air de nostalgie!

Sur les centaines de Ijin-kan (anciennes maisons d'étrangers), il n'en reste aujourd'hui qu'une vingtaine, transformées en musées que l'on peut visiter. Moyennant un prix d'entrée de 500 à 1000 yen environ chacune, les voir toutes peut se révéler assez ruineux. Personnellement, en tant qu'habitante de Kobe qui se respecte, j'ai voulu tout de même (presque) toutes les visiter.  Et, si je voue un attachement particulier à la Kazamidori no Yakata, ou "demeure à la girouette" et la Moegi house "maison vert clair" meublées aux traces de vie de cette époque révolue qui nous transportent, me suis tout de même retrouvée assez déçue par les autres, exposant des décors, souvent, à mon sens de mauvais goût d'art nouveau, d' animaux empaillés... Le cachet extérieur qu'elles apportent au quartier est largement suffisant. Après, les goûts et les couleurs... Pour un aperçu en détail, voici ce lien en anglais...

KAZAMIDORI NO YAKATA, la maison à la girouette, celle qui m'a le plus touchée 

Elle se trouve tout au bout, après être monté la rue Kitano doori, derrière la petite place circulaire. Symbole  du quartier et même de la ville de Kobe, elle est classée au registre des biens culturels importants. Bâtie en 1909, elle fut habitée par un négociant allemand, Thomas Gottfried, en compagnie de sa femme Christel, et leur petite Else. Des photos d'eux y sont exposées. Elles sont magnifiques et en disent long sur l'amour et le bonheur qui unissait cette famille entre ces murs. Je me mettai volontiers pour quelques secondes dans la peau de la petite fille, courant dans les escaliers de bois pour aller jouer avec ses amis, ou de sa maman qui se maquillait et se faisait belle dans sa petite pièce particulière prévue pour cela, ou les imaginais tous les trois déjeuner, sur ces épaisses chaises de bois en regardant vivre le port de Kobe au loin, par dessus les toits...

 

Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"
Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"
Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"
Escalier-Chambre à maquiller de maman-Bureau d'étude de papa avec meubles chinoisEscalier-Chambre à maquiller de maman-Bureau d'étude de papa avec meubles chinoisEscalier-Chambre à maquiller de maman-Bureau d'étude de papa avec meubles chinois

Escalier-Chambre à maquiller de maman-Bureau d'étude de papa avec meubles chinois

Et là, à l'autre bout du continent, je retrouvai également la nostalgie, du salon, de la baignoire à pieds... de ma grand-mère en France.

"芦屋のおばちゃんの家みたい" "On se croirait chez une vieille dame d'Ashiya" s'exclame non sans un brin de cynisme un jeune, me sortant de mes songes. Ashiya, cette ville huppée accolée à l'est de Kobe ou vivent de riches personnes aux intérieurs chics garnis de meubles et d'ornements importés depuis l'Europe, bien entendu!

MOEGI NO IE, la "maison vert clair", pour moi la plus jolie de par sa couleur relaxante, de pays chaud, en bois à l'image des cases créoles, sa forme élégante et légère, aux intérieurs remplis de lumière! Construite en 1903, elle fut celle du consul général des Etats-Unis.

J'y ai particulièrement aimé la grande véranda ensoleillée avec vue sur la lointaine mer, la chambre à coucher avec, devant le lit, la table et les deux chaises pour des soirées en tête à tête à boire du vin, accompagné de fruits, d'un morceau de fromage, avant d'aller se coucher, témoins de cet art de vivre à l'occidentale.

Chaque pièce possède sa cheminée dont l'âtre est décoré de dalles de céramique joliment illustrées, tous différents.

Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"
Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"
Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"
Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"

Puis, pour une parenthèse de retour au Japon, vous pourrez visiter le petit sanctuaire KITANO TENMANGU tout en haut de l'escalier sous les sakuras. Courage, c'est gratuit et, en haut,  vous pourrez embrasser la vue la plus belle du quartier.

Escalier sous les sakuras, très joli lorsqu'ils sont en fleurs

Escalier sous les sakuras, très joli lorsqu'ils sont en fleurs

Vue sur la maison à la girouette depuis le sanctuaire Kitano Tenmangu

Vue sur la maison à la girouette depuis le sanctuaire Kitano Tenmangu

Vous pourrez aussi y prier la carpe de vous apporter l'amour ...

Kanau Koi !Kanau Koi !

Kanau Koi !

... le boeuf pour du succès dans vos études et examens. Son museau est tout "tsulu tsulu" (brillant, poli) à force d'être caressé de sollicitations!

Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"

Ici, pour ceux qui souhaitent retrouver la santé de leur corps et ainsi que de leur esprit

Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"

Nous avions ensuite arpenté les ruelles du quartier pour aller grimper non sans peine le chemin abrupt qui mène  jusqu'à la UROKO NO IE la plus grande et la plus chère à visiter (1000yen aujourd'hui) des Ijin-kan. Louée à l'époque à de riches étrangers, elle contient quelques meubles d'époque, des collections de vaisselles prestigieuses, expositions de tableaux... Ne vaut pas, selon moi, les 1000 yen de prix d'entrée.

Uroko no ié

Uroko no ié

Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"

Le quartier de Kitano, même si ultratouristiquement édulcoré et assez kitsch avec ses magasins de souvenirs et autres attractions qui "font occidental", l'endroit garde un certain charme et offre une promenade agréable, un brin sportive même, dans les hauts de Kobé. Cependant, vous l'avez compris, le site ne représente pas un incontournable pour un touriste occidental au Japon, à moins que vous ne soyez résident dans le pays, ayez envie de changer un peu d'air entre deux orgies de temples, ou ressentiez soudain la nostalgie du salon de votre grand-mère!

Kansaijin

Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"
Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"
Kôbé : Le quartier de Kitano, un "parfum d'exotisme"

Publié dans Kobe - HYOGO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Cela me rappelle le quartier Glover à Nagasaki, y êtes vous allée?
Répondre
K
Oui, je suis allée à Glover à Nagasaki, il y a assez longtemps. C'est vrai, c'est le même type de quartier et les vues sur la mer sont belles