Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)

Publié le par Kansaijin

Week-end d'hiver à Okinawa afin d'utiliser des mileages aériens menacés d'expiration imminente. Trop frais encore, dommage, pour se baigner dans la belle mer tropicale, qui de toute façon n'est pas officiellement "ouverte" avant la fin du mois de mars, mais une bonne température encore pour se balader dans Naha, ce qui, durant les 6 mois les plus chauds de l'année relève du calvaire tant la chaleur est accablante.

LE TEMPLE SARAI-IN DES DARUMAS

Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)

Après le descente du tram à la station Shuri, nous avons découvert ce surprenant petit temple à l'entrée ornée d'un bougainvillier en fleurs. Il se nomme Sarai-in et est rempli de Darumas, ces figurines à la forme de moine bouddhiste sans bras ni jambes apparents, sur lesquels on formule un voeu en noircissant leur pupille droite, puis la gauche lorsque celui-ci s'est réalisé.

Le tunnel Daruma

Le tunnel Daruma

Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)

Cette statue représente le véritable Daruma méditant, duquel la figurine est inspirée. C'est Bodhidharma ou Dharma, énoncé à la japonaise, où il est impossible de prononcer deux consonnes successives! Il s'agit du religieux indien à l'origine de la création de l'école bouddhiste Zen.

 

Dharma

Dharma

Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)
Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)

LES RESTES DU CHATEAU DE SHURI

Puis nous montons au château de Shuri, enfin ce qu'il en reste, c'est à dire la forteresse 15e siècle, les entrées, car les principaux bâtiment furent, malheureusement, une fois de plus dans l'histoire, détruits par un incendie en automne 2019. Nous l'avions visité en juin de cette année-là. Voici mon article. Sa reconstruction est prévue d'ici à 2027.

Les entrées sont fleuries aussi de bougainvilliers en ce mois de février.

Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)
Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)

LES RUELLES EN "TATAMIS DE PIERRE" 

Puis nous sommes engagés, assez sportivement je l'avoue, afin de flâner un peu dans les ruelles pavées. "Ishi-datami", c'est à dire"tatamis de pierre" comme les Japonais l'appellent! 

 

Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)
Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)
Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)
Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)
Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)

Sur le chemin, nous pouvons observer, sur les toits des maisons traditionnelles, les murets, toute une diversité de Shiisa, ces statues de lions-chiens aux abois silencieux. On dirait de petits démons, mais, tout au contraire, ils sont là pour leur faire peur, les éloigner, afin de protéger les demeures. Très Okinawa! Et pour cause!

Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)
Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)
Un magnifique banyan appelé ici "Gajumaru". Ils sont légion à Okinawa

Un magnifique banyan appelé ici "Gajumaru". Ils sont légion à Okinawa

LE MAUSOLEE TAMAUDUN (UNESCO)

Edifié en 1501, non loin du château, il contient, disposées dans de pièces, des boîtes dans lesquelles sont déposés les ossements des monarques et des membres de la famille royale de Ryûkyû, la civilisation prospère qui régnait ici à l'époque.

Nous avons visité les lieux accompagnés d'un sympathique retraité local, guide volontaire qui nous avait été proposé à l'entrée. En japonais uniquement. Intéressant.

D'abord le petit musée, où se trouve une carte historique du royaume asiatique de Ryûkyû dont Okinawa est le siège central, une maquette des lieux où l'on découvre la disposition des différentes chambres funéraires, quelques exemplaires de boîtes à ossements sur pieds, d'abord simples, puis de plus en plus colorées sophistiquées au cours du temps, avec fleurs, dragons, à la manière de vases chinois.

Et voilà la forteresse toute en pierre de corail érodée de soleil écrasant et d'humidité tropicale.

Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)
Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)
Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)

Le monsieur nous explique qu'à l'époque, les morts n'étaient pas brûlés comme aujourd'hui. Après décomposition de la chair, les os étaient lavés par les proches des défunts, puis déposés dans le boîtes. Il fallait le faire! L'horreur!

Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)

Pour terminer, une petite pause thé au jasmin sur les tatamis de la maison traditionnelle au fond du jardin.

Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)Okinawa: Naha: Temple du Daruma, rues pavées, mausolée Tamaudun (UNESCO)

Voilà, ce fut une agréable balade d'une demi-journée où nous avons parcouru une dizaine de kilomètres environ à pied.

Kansaijin à Okinawa un week-end d'hiver.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article